Noémi Boutin

Programmes

Sarabande


Jean-Sébastien Bach
Suites pour violoncelle seul
n°1 en sol majeur
n°3 en do majeur
n°5 en do mineur

Trois des célèbres Suites pour violoncelle de J.S. Bach entrelacées aux jongleries extraordinaires de Jörg Müller, artiste circassien hors normes qui concilie la pure performance physique avec le théâtre, la danse et l’art contemporain.

Hervé Frichet : création lumière

Bach / Britten

Dans ce programme, nous entendrons trois œuvres majestueuses du répertoire pour violoncelle.
La première suite de Benjamin Britten sera entourée des deux premières suites de Jean-Sébastien Bach.

Bach, en écrivant ces suites, a révolutionné l’usage du violoncelle. Il en a fait un instrument soliste, virtuose, polyphonique.
Les deux suites choisies, l’une en sol Majeur, l’autre en ré mineur explorent deux versants opposés du sentiment dans la musique de Bach.
Tandis que la première dégage une légèreté et une joie candide, l’autre traverse des paysages sombres et torturés.

Britten, deux siècles plus tard, rend directement hommage à ces chefs d’oeuvre et renouvelle la forme de la suite en y insufflant sa propre sensibilité.
Il s’est approprié l’architecture de la suite baroque, avec ses préludes, ses fugues, ses passacailles, comme autant de repères rassurants du passé.
Mais l’étrangeté de son écriture, tout en clair-obscur, crée une dramaturgie moderne qui est propre à ce compositeur.

D’autres suites peuvent être jouées dans ce programme.

Première suite pour violoncelle de Jean-Sébastien BACH
Sarabande et menuet

Première suite pour violoncelle de Benjamin BRITTEN
Canto Secundo & Serenata

Noémi Boutin vous présente ses Amitiés

Noémi - Hervé Frichet

Jean-François Vrod Nono Cello Émoi – création
François Sarhan Amitié
Benjamin Britten Suites(extraits)
Joëlle Léandre Cats Studies
François Sarhan Observations sur les ombres accidentelles et les murmures colorés - céation
Frédéric Pattar Drink me - création

Une violoncelliste brise le protocole d’un récital classique et nous dévoile ses préoccupations les plus intimes et extravagantes : ses états d’âme de violoncelliste solo, son inquiétude grandissante pour ses chers chats qu’elle confie, le mystérieux récit d’un moine qui aurait atteint l’écoute du son du monde...

"Vous connaissez Bobok ? […] Il n’avait pas d’oreilles, ni d’yeux […] Ah-ah-ah... oui-oui-oui !” Entre violoncelliste et violoncelle, voix et corde jouent un rôle, c’est discorde, sons qui dégringolent, elle rigole.

“Elle”, c’est Noémi Boutin, interprète mutine-coquine encline à embrasser bien des genres, au-delà du répertoire classique de son instrument. Le rock underground, le théâtre, la danse et l’improvisation sont autant d’expressions artistiques au travers desquelles explose sa fougue.
Durant ce concert, elle nous raconte bien des histoires, à commencer par l’identité de Bobok, écrite par François Sarhan, compositeur en résidence à la Scène nationale d’Orléans depuis 2009 et dont on (re)connaît la poésie caustique. Noémi Boutin qualifie sa musique de “drôle et coupante, sarcastique et rêveuse”. Grâce à ses compositions polymorphes, elle a osé franchir ce “pas de géant : jouer du violoncelle tout en parlant et en chantant”. Soit une nouvelle manière d’appréhender le rapport du musicien à son instrument : l’exécutant devient aussi acteur. Cet engagement dans les pièces contemporaines se confirme tout au long du programme.

Elle nous présente ses amitiés. Merci.

Ses amis : François Sarhan donc, mais aussi le violoniste Frédéric Aurier ou le compositeur américain George Crumb, dont on entend la virtuose Sonata écrite en 1955. En l’absence de la propriétaire, le public devra encore soigner les chats et les plantes de Joëlle Léandre, et écouter ses strictes instructions : Cats Studies, où comment dansent et se renversent les mots, jusqu’à sortir les plantes et arroser les chats, sur fond de violoncelle de plus en plus énervé ! Il était une fois… une pièce impressionniste du compositeur et critique musical Gérard Condé complète ce concert hors-normes, passerelle poétique entre la parole, le chant et l’instrument, autour d’une violoncelliste talentueuse aventureuse conteuse.

Grégoire Caux, Scène Nationale d’Orléans

Les âges de l’homme









« SUITES »
de Johann Sebastian Bach (1685-1750)

« TRILOGIA, I TRE STADI DELL’UOMO »
de Giacinto Scelsi (1905-1988)

Loin de l’objet de contemplation, la musique de Scelsi véhicule une expérience sensorielle et spirituelle. « Le Son est le premier mouvement de l’immobile et ça, c’est le début de la Création. »
Elle invite l’auditeur à plonger l’écoute au coeur du son, parfois même au coeur d’une seule note, de sa vibration, de son énergie.
Cette trilogie, écrite entre 1956 et 1965, est une autobiographie musicale retraçant les trois grandes périodes de la vie : la jeunesse, la maturité, et la vieillesse. Ce programme se concentrera sur la 3ème partie : Ygghur.
Les âges de la vie, certains les ont entendus également dans les six Suites de Bach. Chaque suite a sa tonalité propre, qui, à travers sa couleur, sa tension, ou sa clarté, installe un paysage, et les six chefs-d’oeuvre, dans leur continuité, pourraient dépeindre le déroulement d’une vie, de la naissance à la résurrection.

Avec la collaboration d’Hervé Frichet



Entre Chou et Loup

PNG - 226.4 ko

L’art est un jeu d’enfant.
Max Ernst

Le duo Myssil présente un concert détonant pour jeunes têtes chercheuses. Les musiciennes ont invité plusieurs compositeurs à leur écrire une oeuvre où s’esquissent les joies ou les peines de l’aventure humaine.

L’une est flûtiste, l’autre violoncelliste, leur relation, oscille entre amitié et jalousie, complicité joyeuse et fourberie mesquine, jeu et agacement.
Chemin chaotique faisant, emportées par l’indiscipline de leurs émotions, elles nous entraînent dans un univers décalé et onirique.
Parts de vies ou parties de scène, allons savoir ? Leur complicité musicale est surtout leur meilleur prétexte pour nous raconter, un pied dans le surréalisme, des « histoires de fous » lardées de chats et de choux.

Lumière - Sam Mary
Mise en scène - Laurence Garcia
Oreille extérieure - Jean-François Vrod
Flûte et voix Sylvaine Hélary
Violoncelle et voix Noémi Boutin

Commande du Théâtre de Sartrouville et des Yvelines – Centre Dramatique National www.theatre-sartrouville.com
Création en janvier 2014. Tournée en Île-de-France : 1er trimestre 2014
Production Théâtre de Sartrouville et des Yvelines –CDN, avec l’aide de la SPEDIDAM et d’ARCADI

Myssil

Noémi Boutin entre au CNSM de Paris à 14 ans, s’envole vite à travers le monde en sonate et concertos, puis, au fil des ans et des rencontres, s’aventure sur les textes, les territoires interlopes du rock, des musiques contemporaines, du théâtre musical.
Comme sa partenaire, Sylvaine Hélary suit un parcours des plus exigeant au conservatoire, s’invente un souffle précis et inspiré qui la mène résolument à l’écriture, à l’improvisation, au chant, aux musiques de traverse.

Les deux musiciennes, l’une flûtiste et l’autre violoncelliste, cultivent une musique bien à elles, issue des différentes traditions qui ont jalonné leur parcours : musique classique, contemporaine, jazz, improvisée. Leur goût commun pour les mots et la comédie les pousse à écrire ou à commander des œuvres dans lesquelles voix et instruments s’entremêlent, et à s’aventurer de plus en plus loin sur le terrain du théâtre musical.
Durant ce concert, elles causent de leurs soucis d’instrumentistes poussées à bout, d’amour bien sûr... elles se chamaillent, elles se demandent comment être à la pointe de l’écologie en se lavant les mains... Elles disent et jouent le jeu de la poly-rythmie, de la virtuosité et de la poésie. Elles osent les plus hautes figures de voltige, disent et jouent le jeu de la poly-rythmie, de la virtuosité et de la poésie.

Le duo Myssil s’est créé à l’Atelier du Plateau en juin 2013 et s’est produit depuis sur France Musique, et dans les festivals "Vagues de Jazz", "Domo", "Jazz Campus en Clunisois", "Les Nuits d’été"...

Venez donc découvrir ces deux arpenteuses qui oseront les plus hautes figures de voltige sous vos oreilles ébahies !

« Un moment rare et précieux. » Philippe Meziat, Jazz Magazine

« Un univers de miniatures ciselées où sens et non sens répercutent inlassablement l’éternelle ambivalence du vivant mortel » CultureJazz

« Un monde parallèle. C’est par le biais des histoires que l’imaginaire malicieux et délicat du duo nous emmène dans la musique, celle des autres, ou la sienne, teintée d’humour pince-sans-rire. De l’univers du conte antique à celui, ultra-contemporain, du concert de gifles, il s’agit toujours de performance musicale et dramatique. Une bulle éphémère et poétique. » Citizen Jazz

Au programme :
Kaija Saariaho : Mirrors
François Sarhan : Vice Versa
François Sarhan : L’imagination
Albert Marcoeur : Reproches (commande Myssil)
Marc Ducret : Apparitions (commande Alla Breve – France Musique)
Frédéric Aurier : Les noces de S.A.R. la princesse Sirivannavari Nariratana (commande Myssil)
Sylvain Lemêtre : L’ange du Bizarre (commande Myssil)

Quelques extraits :
François Sarhan : L’imagination suivie d’une improvisation
Marc Ducret : Laisse Apparaître
Marc Ducret : Une écriture

En vidéo :